Le Denier

Le diocèse lance en ce mois de mars la campagne du Denier de l’Eglise 2018. Bravo pour votre participation en 2017 : vous avez été 843 foyers à donner cette année. Vous êtes toujours aussi généreux et impliqués ; soyez remerciés du fond du cœur.

En chiffres, voici la tendance :

  2016 2017 Tendance
Dons (€) 212 196 215 158 + 2 962
Foyers (nb) 855 843 – 12

Savez-vous combien « coûte » un prêtre ? 13 560 € par an. Le diocèse, grâce à vos dons, couvre donc largement le nombre de prêtres à Hyères, et finance 10 autres prêtres dans le diocèse, en particulier les paroisses rurales qui n’ont pas les moyens de réunir cette somme pour avoir un curé de paroisse.

Ce que je veux absolument souligner, c’est que l’Eglise ne vit que des dons des fidèles, et uniquement de dons. Les chrétiens sont souvent sollicités par de multiples associations ; or on ne peut pas donner partout ; l’avenir de l’église et la vie des prêtres doivent être une priorité.

Faisons le point sur les revenus de l’Eglise :

Pour la paroisse, l’essentiel des revenus vient des quêtes dominicales, des offrandes de cierges et des offrandes faites aux baptêmes, communions et mariages (les « casuels ») ; cet argent couvre tous les frais de la paroisse elle-même : travaux, impôts, charges diverses, électricité, chauffage, achats, etc. A Hyères nous avons entre 150 et 200 000 euros de dépenses courantes à couvrir chaque année.

Point important : la plupart des dons en chèque peuvent recevoir un reçu fiscal, servant à diminuer ses impôts. Nous encourageons donc à passer à la quête prélevée : elle permet d’avoir un reçu fiscal (ce que la quête manuelle ne permet pas, car anonyme). La quête prélevée est assez développée : elle représente actuellement 11% du montant global des quêtes du diocèse, tout simplement parce que la quête prélevée permet de donner plus en coûtant moins à celui qui donne grâce au reçu fiscal. Les paroissiens qui s’y décident fixent eux-mêmes un montant qu’ils affectent à la quête paroissiale, cela se fait par prélèvement automatique, évite d’amener de la monnaie sur soi à la messe. Du coup, pour remplacer les pièces de quête et conserver le geste du don pendant la liturgie, on met des jetons verts que l’on trouve aisément à l’accueil. Voilà une manière pratique d’aider la paroisse à prévoir ses recettes et ses dépenses. Notez qu’on n’arrête pas le progrès : nous lançons ce mois-ci également l’application « La Quête » qui fonctionne sur tout le territoire national et permet de donner à la quête via son smartphone (on capte assez bien la 3G même à l’église…) en choisissant l’église où l’on est et le montant de notre don. Très ludique et efficace.

Je me permets de rappeler l’importance vitale des legs : ils permettent à la paroisse d’investir dans des travaux importants comme ceux entrepris à Ste-Madeleine récemment ou la Salle Familia il y a 20 ans. Pour les personnes qui se posent la question de leur héritage, léguer à l’Eglise peut être une manière de continuer à faire vivre son patrimoine au service de la mission. Il y a en France chaque année 8 à 10 milliards d’euros de déshérence, faute de testament ; 1 personne sur 2 ignore encore aujourd’hui qu’on peut léguer à une association ou une fondation. Avec les projets de gros travaux à Betelen et Familia dès l’été 2018, ce besoin de dons et legs va se faire sentir fortement. L’association Familia, sur ses fonds propres pourra financer une bonne partie de sa rénovation, mais Betelen qui doit être rénovée de fond en comble aura besoin de vous – nous y reviendrons après Pâques.

Pour aider les prêtres, à présent, une première source de revenus est constituée par les offrandes de messe : une messe n’a évidemment pas de prix, mais lorsqu’un prêtre célèbre à une intention, la famille qui demande la messe pour un vivant, un défunt, un anniversaire ou une action de grâce, cette famille fait une offrande libre (on donne un montant indicatif de 17 euros), qui permet au prêtre de vivre mieux.

Mais pour soutenir les prêtres, le revenu principal et la couverture sociale viennent du Denier de l’Eglise. Le Denier de l’Eglise part donc au diocèse, qui peut délivrer un reçu fiscal. Le don est déductible des impôts. Il couvre les 450 euros que reçoivent tous les prêtres du diocèse, plus la sécurité sociale (680 euros par mois). Un prêtre coûte donc 35 euros par jour, 245 euros par semaine, 1130 euros par mois : cela peut donner une idée de don (une journée d’un prêtre, une semaine…) Tout le monde devrait verser chaque année au Denier, manifestant ainsi son attachement à sa paroisse, à son Eglise.

Vous vous demandez peut-être : « Mais qu’est-ce qu’un prêtre dépense donc ? » Sa voiture, son téléphone, son ordinateur, ses vêtements, sa nourriture, ses livres, ses meubles, ses assurances, ses loisirs… Même s’il ne paie pas son loyer, cela représente de nombreux frais. Les prêtres reçoivent donc ce qu’il faut pour vivre, sans être pauvres ni riches.

Comment développer le Denier et les revenus de l’Eglise ?

Donner idéalement pour les quêtes ou le Denier en passant par le prélèvement automatique pour offrir en même temps d’avantages de perspectives. On peut arrêter le prélèvement à tout moment – c’est une sécurité à connaître.

Comprendre le fonctionnement des finances de l’Eglise

Soutenir la campagne de collecte par :

l’affichage. De nombreuses affiches sont à répartir dans les églises, mais aussi dans les salles paroissiales, et pourquoi pas chez les commerçants ! Le thème est « Chérissons notre curé »,

enfin et surtout, la distributions des enveloppes. 21 000 enveloppes sont à distribuer dans toutes les boîtes aux lettres d’Hyères ! Grâce à qui ? Grâce à chacun de vous : dans votre immeuble, surtout si un code en ferme l’entrée, votre résidence, votre rue, votre quartier. Si tout le monde s’y met, nous pouvons encore améliorer notre distribution d’année en année. Même de la main à la main cela est possible : occasion d’afficher sa foi et son appartenance à l’Eglise ! A Hyères, en 10 ans, cette distribution d’enveloppes a permis d’augmenter de 36 % le nombre de donateurs et 78% la somme collectée !

Je vous propose un challenge, un défi : non pas donner plus, mais être plus à donner. Le principe est simple : nous sommes actuellement 843 donateurs à Hyères – je vous propose de viser 1000 donateurs en 2018. Il nous faut donc trouver 157 donateurs supplémentaires – ce qui est, je crois, jouable sur un an, grâce à notre mobilisation à tous. Nous avons tous un ami, un voisin à qui nous pouvons dire : « Tiens, toi t’es catho, non ? Tu ne donnes (plus / pas) au Denier ? », et Hop ! une enveloppe distribuée… Avec le sourire et beaucoup d’humour, bien-sûr.

Pour récupérer des enveloppes, prenez-en à l’entrée de votre église, ou bien adressez-vous à Yves Georget dont les coordonnées sont à l’intérieur.

Bon courage à tous, et merci du fond du cœur pour votre générosité déjà énorme. Sachez que le plus beau cadeau que vous puissiez nous faire c’est de prier pour nous.

P. Benoît Moradei

 

 

 

 

L’espace commentaire est fermé