Le mot du père

Mois de maiIl est de tradition, durant ce mois, de prier le chapelet à la maison, en famille. Une dimension, la dimension domestique, que les restrictions de la pandémie nous ont « forcés » à valoriser, également du point de vue spirituel » ; cela  » nous rendra encore plus unis en tant que famille spirituelle et nous aidera à surmonter cette épreuve » (Pape François). Je crois que tout est dit : profiter de ce nouveau mois (encore un !) d’attente comme une occasion de plonger encore plus profond en nous-mêmes avec Dieu, en particulier par la prière du chapelet. Marie est la Mère de l’Espérance, la Consolatrice des affligés et le Secours des mourants. Nous lui confions nos malades, les soignants, les personnes en première et deuxième ligne et tous ceux qui souffrent des maux liés à cette épidémie : la dépression, la solitude, la faim, le chômage, l’inquiétude du lendemain, l’épreuve de la foi, la division familiale, la peur, l’épuisement et le deuil. Pour chacun demandons une grâce de force et d’espérance.

Concrètement. Entre Pâques et la Pentecôte, les disciples ont attendu l’Esprit Saint avec Marie, dans ce que la tradition appelle « le Cénacle », à Jérusalem. Nous allons vivre la même chose, dans nos maisons, chez nous. Le chapelet (temps avec Marie) sera proposée par Recado à 11h tous les samedis. Mais tous les jours il est possible de prier le chapelet seul, chez soi ou à l’église, par téléphone avec un proche, ou à 15h30 en direct de Lourdes (retransmis sur KTO et la radio RCF). Des parcours avec Marie existent (P. Alexis Wiehe, ou encore Christophe « Avec Marie » sur YouTube) : chacun choisira ce qui lui convient le mieux – on ne peut pas tout faire ! Les commentaires d’évangile continueront, les vidéos « Famille », la Traversée également. Une nouveauté pour aider à vivre ce mois de mai au mieux : nous ne pouvons pas nous rassembler, mais rien n’empêche que l’on vienne se promener à l’église la plus proche pour un temps de prière devant le tabernacle, pour mettre une bougie ou demander la confession. Si vous vous promenez le dimanche entre 16h et 18h dans une de nos églises, nous serons présents pour vous donner le Corps du Christ, en respectant les gestes de sécurité (s’approcher un par un, au compte goutte, à distance les uns des autres, sans créer d’attroupement, pas plus de 8 dans l’église, en attendant à l’entrée de l’église si besoin, en vous préparant en regardant une messe diffusée à la télé ou internet avant ou après, en disant dans votre coeur avant de communier le « Je confesse à Dieu » et le « Notre Père » ; un petit feuillet sera disponible pour bien vivre la démarche) : ce sera donc de 16h à 18h les dimanches à St-Louis, Ste-Thérèse, Ste-Douceline, Ste-Madeleine et Notre-Dame de Consolation. Aucune obligation à cela : vous pouvez poursuivre le jeûne eucharistique jusqu’à la reprise des messes publiques. Mais ceux qui souhaiteraient communier, comme le proposent plusieurs évêques, pourront le faire, pour honorer le mois de Marie et et se préparer à la Pentecôte.

Joli mois de mai à chacun !

 

père Benoît

L’espace commentaire est fermé