Mot de Père Dominique – « Pour vous, qui suis-je ? »

Aujourd’hui, une grande joie pour l’Eglise

Aujourd’hui et après plusieurs années de préparation, voici venu le jour de la Confirmation pour certains de nos jeunes et de la Profession de foi pour d’autres. C’est toujours une grande joie pour l’Eglise parce que ces étapes sont bien plus qu’un simple événement dans la vie chrétienne. Elles sont une réponse à la question que Jésus a posée à ses Apôtres : « Pour vous, qui suis-je ? » – Par cette question, Jésus les invitait à ne pas rester à la périphérie de la foi mais à y plonger et à se mettre à sa suite. – Il y a 2000 ans, Jésus a appelé personnellement 12 hommes à le suivre : « Suis-moi » – Ces hommes, malgré leurs vies si différentes, ont accepté de répondre généreusement à cet appel de Dieu, et ils ne l’ont pas regretté. Et ce faisant, ils sont entrés dans une aventure passionnante qui est celle de la foi. Jésus leur a confié l’Eglise, avec cette mission de transmettre à tous que la vie éternelle est ouverte à tous et que celui qui se met à sa suite ne le regrettera jamais.

Aujourd’hui, résonne à nouveau à nos oreilles cette question : « Pour vous, qui suis-je ? »

Cette fois, c’est à chacun de nous que cette question est posée ! Jésus nous appelle personnellement à le suivre tels que nous sommes et il nous invite à entrer dans une vie nouvelle : « Veux-tu me suivre ? Veux-tu découvrir le bonheur qu’il y a à se mettre à la suite de Jésus ? Désires-tu la vie éternelle ? » Aurons-nous cette audace de répondre à son appel ? C’est ce que je vous souhai-te, vous qui recevez le sacrement de la confirmation, et vous qui professez votre foi ; mais c’est aussi ce que je souhaite à chacun d’entre nous en ce jour où nous vous accompagnons.

Aujourd’hui, nous sommes heureux d’être auprès de ces jeunes

Aujourd’hui, nous sommes heureux d’être auprès de ces jeunes qui reçoivent le sacrement de la confirmation ; et de ces jeunes qui vont professer solennellement la foi de leur baptême. Ce n’est pas rien ! La confirmation et la profession de foi ne doivent pas marquer la fin de la vie chrétienne – « Mon Père, j’ai tout fait ! La petite communion, la grande communion… » me dit-on souvent, mais après qu’est-ce que tu as fait de cet extraordinaire cadeau dont Dieu t’a comblé ? En voilà une bonne question ! La vie chrétienne est un chemin et ce chemin va vers Dieu, et il dure toute la vie ! Et cela, c’est tout le contraire d’une fin : celui qui est confirmé reçoit de Dieu l’Esprit-Saint qui va le rendre capable d’être un témoin de Jésus, de vivre une vie chrétienne authentique, c’est-à-dire une vie qui se dirige vers le bonheur auquel tous nous aspirons ! Celui qui professe sa foi montre qu’il a conscience de son identité chrétienne et il veut trouver sa place dans l’Eglise. Ce chemin est un beau chemin, il est exigeant, c’est vrai, mais quand on le suit, alors on y découvre un chemin de vie véritable !

Aujourd’hui, comment faire ?

Je vous donne simplement quelques moyens ou quelques engagements que vous pouvez choisir pour avancer dans la vie chrétienne : la messe le dimanche ou le samedi soir (ce n’est pas par obligation que l’on y va mais c’est parce que c’est le rendez-vous auquel Dieu nous convie chaque semaine pour nous donner des forces neuves, et pour que nous apprenions à découvrir que nous appartenons à l’Eglise, cette grande famille des enfants de Dieu) ; les groupes de jeunes comme les aumôneries paroissiales (c’est le moyen de se retrouver avec d’autres jeunes qui partagent la même foi que nous, et aussi le moyen de se for- mer, de découvrir qui est Dieu et ce qu’il nous donne) ; les camps (des propositions vous sont faites pendant les vacances : un camp c’est un lieu où on apprend à vivre ensemble, à vivre sa foi avec d’autres,…) – Alors, merci de votre engagement et merci à vous tous qui les accompagnez pour qu’ils puissent continuer à grandir dans la foi.

L’espace commentaire est fermé