L’avent nous fait préparer et désirer Noël

Avent. L’Avent est cette période qui précède la fête de Noël, naissance du Sauveur. L’Avent nous fait préparer et désirer Noël. Non en faisant sa liste de cadeaux ou de courses… mais en préparant son cœur. Il s’agit d’approfondir son désir de Dieu. La Bible appelle cela « veiller » : autrefois les bergers gardaient leur troupeau toute la nuit pour le protéger des bêtes sauvages, et leur désir le plus profond était certainement que la nuit se termine, que le jour et la chaleur se lèvent. Ceux qui ont fait l’expérience de ne pas dormir la nuit, ou de souffrir seuls la nuit, ont probablement eu l’occasion de désirer intensément le jour. L’Evangile nous dit que notre monde, aussi sombre qu’une nuit, a besoin de lumière, d’un nouveau jour, d’un jour qui ne finisse pas, d’une lumière nouvelle et durable. Notre vie personnelle est également dans l’obscurité, parfois ; elle a besoin de la lumière de Dieu. Le temps de l’Avent, c’est la préparation de nos yeux et de notre cœur à voir cette lumière.

Adoration. L’exercice spirituel de l’Avent que je vous propose, c’est celui de l’adoration. Adorer, c’est désirer ; c’est attendre ; c’est regarder la lumière de Celui de qui vient toute chose bonne. Jésus, présent dans le Saint-Sacrement, se donne à voir. Je propose que chacun prenne une heure de sa semaine pour un temps d’adoration, que ce soit à St-Louis, Ste-Thérèse, Ste-Madeleine, Ste-Douceline ou Notre-Dame de Consolation : chacun selon son quartier, selon l’heure ou le jour qui lui conviennent. Voilà une manière magnifique de vivre l’Avent, d’approfondir son désir de Dieu dans la prière d’adoration. St Padre Pio disait : « Mille ans de gloire humaine ne peuvent se comparer à une heure passée tendrement avec Jésus dans le Saint-Sacrement. » « Accourez aux pieds de Jésus dans le Saint-Sacrement ! » « Agenouillez-vous et rendez au Saint-Sacrement l’hommage de votre présence et de votre dévotion. Confiez lui tous vos besoins ainsi que ceux des autres. »

« Ne nous laisse pas entrer en tentation ». Une nouvelle traduction de la sixième demande du Notre Père est au programme ce dimanche. Dieu éprouve, il ne tente pas. Il éprouve, non pas pour tester notre foi, mais pour la faire grandir. L’épreuve nous purifie et nous fait grandir. L’épreuve n’est pas la tentation. La tentation est là pour nous faire tomber. Dieu ne tente jamais, il protège de la tentation. Ce n’est vraiment pas la même chose. Lorsque nous prions le Notre Père, nous sommes dans une attitude de confiance envers notre Père, unis à nos frères et sœurs baptisés : confiance, unité, humilité – voici déjà ce qui nous permet de ne pas nous laisser tenter, et de triompher du Tentateur lorsqu’il essaie de nous séparer de Notre Père. Que nos cœurs brûlent d’amour pour Jésus qui vient vers nous à Noël. Prions bien pour la préparation du Parcours Alpha, et pensons bien à y inviter notre entourage… ou nous-même !

Père Benoît Moradei

L’espace commentaire est fermé