“Je suis aimé(e) de Dieu”

J’espère que vous progressez dans la vertu de la gratitude pendant ce temps de l’Avent, à travers vents et marées. Notre but est de faire de la gratitude quelque chose d’habituel dans nos vies. Nous avons vu la semaine passée la gratitude vis-à-vis de soi-même. Jésus nous demande d’aimer notre prochain comme nous-mêmes… si nous nous détestons nous-mêmes, nous aurons du mal à aimer les autres et Dieu. La Bible nous dit : “Tu es une merveille”. Pourquoi sommes-nous si durs parfois avec nous : “Celui qui est dur pour soi-même, pour qui serait-il bon ?” demande Ben Sirac le Sage. Ni se surestimer, ni se sous-estimer, ni se comparer ne conduisent à la gratitude et l’amour. Les paroles négatives qu’on a entendues ou qu’on se dit soi-même, la vision négative de notre histoire, tout cela nous enferme dans la plainte, la victimisation et le découragement. Le remède ? C’est l’amour de Dieu. C’est de se dire des paroles de bénédictions (“Je suis aimé(e) de Dieu”), d’accueillir l’amour inconditionnel de Dieu pour moi et de voir tous les signes de l’amour de Dieu dans ma vie. Peut-être avez-vous déjà expérimenté que Dieu vous aime : c’est une bénédiction à toujours se rappeler, à toujours approfondir. Peut-être n’avez-vous jamais expérimenté cela ; peut-être le savez-vous, on vous l’a dit, mais vous n’en avez jamais fait l’expérience. Dans ces cas-là il faut vraiment demander au Seigneur, car le Seigneur désire nous révéler son amour… Il suffit de dire : « Seigneur je n’ai pas fait l’expérience de ton amour, j’aimerais tant faire cette expérience » et répéter cette demande… Le Seigneur va vous exaucer.

Comment puis-je ouvrir davantage mon cœur à l’amour de Dieu. Aujourd’hui, à l’approche de Noël… Comment puis-je en témoigner ?